Avis SIAEP

Le SIAEP a enfin distribué la semaine dernière un avis concernant la pollution de l’eau

Tout va bien madame la marquise.
Le courrier nous précise bien que l’eau est bonne car on n’a pas atteint la VMAX de 240µg/l. Nous ne sommes « que » à 0.37 µg/l .

Normes de qualité DCE pour les eaux souterraines :
– 0,5 µg/l, valeur seuil maximale pour la moyenne de la concentration totale en pesticides ; (total des pesticides mesurés)
– 0,1 µg/l, valeur seuil maximale pour la concentration moyenne d’un pesticide (sauf pour quatre substances pour lesquelles cette valeur est 0,03 µg/l).
Ces deux seuils correspondent aussi aux concentrations maximales admissibles pour une eau potable ;
5 µg/l est la valeur maximale admissible pour la concentration totale en pesticides au-dessus de laquelle les traitements pour rendre l’eau potable ne sont plus possibles. (c’est à dire : abandon de la ressource et on va voir ailleurs, si c’est possible)

Chacun ses tolérances. Moi, à la VMAX, je ne la boirais pas.

Je précisais également dans mon dernier article que le captage est déjà pollué par les nitrates, pollution agricole existant depuis longtemps, (en dessous la norme mais pas très loin : entre 30 et 40 mg/l en général- et en permanence). Attention, il n’est pas non plus conseillé de faire boire cette eau à un nourrisson (voir ici .
Les nitrates peuvent être responsables de la méthémoglobinémie chez les nourrissons de moins de 6 mois. Cette maladie résulte de la réaction des nitrites avec l’hémoglobine du sang, empêchant celui-ci de transporter l’oxygène des poumons vers le reste du corps.

Pour terminer, vous trouverez bien la seule analyse de pesticides annuelle réalisée sur Charbuy ici. 1 seule analyse complète sur les 12 en distribution. Les autres analyses concernent entre autre les nitrates, paramètres généraux, bactériologie.
A cela s’ajoute une analyse tous les deux ans en production : ici

Heureusement, la municipalité souhaite Limiter les pesticides, au moins communaux

Damien

Pesticides au dessus de la norme de potabilité à CHARBUY dans l’eau du robinet

Pesticides au dessus de la norme de potabilité à CHARBUY dans l’eau du robinet

Aucune trace dans les deux derniers compte-rendus de conseil municipal, ni de courrier dans la boite aux lettres (pas encore ?)… tout va bien. Ou pas ?
Un taux d’ESA metazachlore (herbicide colza) trois fois supérieur à la norme (presque 4) est présent dans la dernière analyse d’eau à Charbuy & Fleury-la-vallée. (0,362 µg/l)

.. et encore, sommes nous « chanceux » de le savoir car les analyses complètes, incluant environ 400 pesticides et autres joyeusetés* sont réalisées une fois par an sur la commune (le nombre d’analyse dépend du nombre d’habitant alimenté par le captage).
Sans faire de rapprochement hasardeux, mi-mars, date de l’analyse, il y avait pas mal de tracteurs avec des grandes rampes dans nos beaux champs de colza bien propres.

Vous trouverez les analyses ici
Au passage on trouve aussi, comme d’habitude, 0,021 µg/l d’Atrazine-2-hydroxy qui est un composé de dégradation de l’atrazine (interdit depuis 2003 dans l’UE et donc en France… mais ces saletés… ça reste dans le sol et donc dans l’eau….).

Le temps n’est pas au beau fixe, les barbecs ne sont pas de sortie, mais on se prend déjà de bon cocktails.

.. en attendant, c’est le printemps, les mauvaises herbes poussent, mais rassurons nous, les panneaux de la ville, nos allées et nos routes sont bien dégagées au glyphosate (round up ou équivalent)…

Notons que le captage est déjà assez pollué par les nitrates (en dessous la norme mais pas très loin : entre 30 et 40 mg/l en général). Il n’en faut généralement pas plus pour que l’agence de l’eau place la captage « en surveillance » puis « prioritaire ». Ce qui ne change guère la situation à court et moyen terme.

Vous pouvez trouver les données ici

* Ils appellent ça phytosanitaire voire phytopharmaceutique. Mais soyons francs, les premiers du genre c’est le gaz moutarde et l’agent orange…

Damien C.

Poulailler industriel = Pollution des eaux

Alors qu’un agriculteur Charbuysien souhaite installer un poulailler industriel en zone vulnérable aux nitrates, à proximité d’un cours d’eau, et stocker puis épandre 300 tonnes de fientes de poulet* sur toute la commune, la France a de nouveau été condamnée par la justice européenne pour manquement à ses obligations de lutte contre la pollution aux nitrates (amende d’une trentaine de millions d’euros plus des astreintes journalières jusqu’à ce que les objectifs soient atteints). Cette fois-ci, la Cour de justice a retenu six motifs de condamnation, concernant les effluents d’élevages mais aussi les épandages d’engrais minéraux. En effet, la réglementation française mise en cause aujourd’hui ne veille pas à ce que les agriculteurs et les autorités de contrôle soient en mesure de calculer correctement la quantité d’azote pouvant être épandue afin de garantir l’équilibre de la fertilisation.

Le projet de poulailler nous est vendu comme « reglementaire » mais la règlementation française ne semple pas l’être….

La directive Nitrates adoptée depuis 1991 n’a strictement rien changé au problème sur le secteur de CHARBUY et sur le bassin versant hydrologique du BAULCHE (dont Charbuy fait partie). Au contraire, la concentration en Nitrates a augmenté depuis cette période.

Aujourd’hui, l’eau potable est polluée et menacée sur CHARBUY (40mg/l sur la dernière analyse alors que la limite maximale est de 50mg/l – voir ici) classant notre captage d’eau comme prioritaire pour la reconquête de la qualité de l’eau. Ainsi, en raison des pollutions aux nitrates (agricoles entre autre), des actions de dépollution devront être menées dans les prochaines années, augmentant d’autant notre facture d’eau.

Plus d’information sur Reporterre.

 

* Riche en nitrates

PS: Les nitrates peuvent augmenter le risque de cancer et sont néfastes pour les nourrissons. Sur CHARBUY, les enfant de moins de 1 an ne devrait en aucun cas consommer une eau riche en Nitrates.