Nucléaire de proximité

Dans un :article intéressant , Reporterre dévoile qu’EDF cherche à acheter 140 ha de terrain sur une de 3 centrales nucléaires de proximité.
Extension, construction de nouveau EPR, piscine pour entreposer les déchets français …
Cet appétit foncier inquiète les riverains et en particulier les agriculteurs, d’autant plus que l’électricien mène ses démarches en toute discrétion et reste très flou sur ce qu’il compte faire de ces terres
:Voir l’article entier ici

Journée du patrimoine

C’est les journées du patrimoine ! Pourquoi ne pas faire un tour sur L »inventaire national du patrimoine naturel

A charbuy, vous pouvez vous promener, en toute délicatesse (attention ou vous marchez), sur le site Natura 2000 de Charbuy-Branches, près de l’aérodrome : Landes et tourbière du bois de la Biche

Les tourbières, implantées en fond d’un vallon marécageux, accueillent des espèces hautement spécialisées (Sphaignes) et dont certaines sont rares (et protégées) en Bourgogne (Rossolis, Osmonde royale, Bruyère à quatre angles, Rhynchospore blanc; Drosera roundifolia…). Leur intérêt est renforcé par la présence d’espèces océaniques en limite géographique Est (Ajonc nain, Piment royal…).
Les landes sèches à Bruyère développées sur matériaux sableux pauvres sont colonisées par des espèces protégées en Bourgogne (Persil des montagnes, Bruyère cendré) et rares (Spiranthe d’été).

… un des plus beau site de l’Yonne, menacé par une éventuelle déforestation dans le cadre du Plan de Sécurité Aéronautique de l’aérodrome d’Auxerre Branches.

ASEC Vs Poulailler – Résultat procédure du Tribunal

La Cour administrative d’appel de Lyon vient de donner raison à l’ASEC.
Dans son jugement, la Cour décide en effet :
– d’annuler le jugement du Tribunal administratif de Dijon qui avait rejeté notre demande ;
– d’annuler l’autorisation du Préfet de l’Yonne permettant l’exploitation du poulailler industriel projeté par la SCEA des Glaines à Charbuy;
– de condamner l’Etat aux dépens.

On peut noter que la Cour souligne qu’un tel élevage “produit nécessairement des odeurs, des poussières et de l’ammoniac“ et que le dossier de la SCEA des Glaines “n’a fourni aucune autre précision quant aux conditions de traitement des odeurs {…} et que ne sont aucunement précisées les modalités selon lesquelles seront traités les inconvénients se rapportant à l’émission de poussières et d’ammoniac“. La Cour note qu’il en est de même pour “les informations relatives au mode et conditions d’utilisation, d’épuration et d’évacuation des eaux résiduaires et des émanations de toutes nature ainsi que de la gestion des déchets d’exploitation et les dispositions prévues en cas de sinistre“.
Ce jugement donne tort aux services de l’état qui n’auraient pas du accepter un dossier incomplet.

Après la confirmation en appel par cette même Cour de la validité du refus de permis de construire opposé par la Mairie de Charbuy, c’est maintenant le rejet de l’autorisation d’exploitation qui est prononcé.

La très forte mobilisation (plus de 1 100 signataires de notre pétition), votre détermination et les actions menées avec vous par l’ASEC, ainsi que la qualité et le sérieux des arguments développés par notre avocat et celui de la Mairie, ont permis d’obtenir ce résultat.

Grâce à votre soutien et votre engagement, ce projet, nuisible pour notre village et pour la majorité de ses habitants, a pu être bloqué. C’est un succès collectif dont nous pouvons être fiers.

Après celui-ci dans un souci d’apaisement, nous vous proposons de retirer les multiples pancartes que nous avions accrochées à nos maisons ou clôtures pour afficher notre opposition. Pour l’avenir, nous restons néanmoins vigilants et mobilisés. Nous serons d’ailleurs présents au vide-greniers de Charbuy, comme chaque année et nous vous convions à nous rendre visite pour échanger avec nous.

L’ASEC, avec votre appui, continuera à veiller et à se battre, chaque fois que nécessaire, pour préserver la qualité de notre environnement et pour que Charbuy demeure ce village que l’on aime, que l’on défend et où « il fait bon vivre ».

Le bureau de l’ASEC

Glyphosate

Agir pour l’environnement partage sa liste des députés ayant votés pour ou contre l’interdiction du glyphosate.

La liste ici

Très concernés par nos récurrents problème d’eau potable dans l’Yonne (dus aux pesticides), deux étaient absents (républicains et divers droites) et un (en marche) a voté contre l’interdiction (donc pour le glyphosate).

Sans commentaire.

Damien

Notre environnement : Générateur anti-grêle et nanoparticule d’iodure d’argent

42 générateurs « anti-grêle » sont déployés dans l’Yonne, afin de protéger notre vignoble Icaunais.
la carte
Les plus proches de CHARBUY sont ceux d’APPOIGNY, JOIGNY, VOLGRE, POILLY SUR THOLON et VILLEFARGEAU.

Enfin, ils ne sont pas « anti » grêle. En injectant des nanoparticules d’iodure d’argent dans les nuages, l’objectif est d’augmenter le nombre de grêlons au dépend de leur taille et de leur effet dévastateur.
Ils seront mis en service dès que le risque de grêle dépassera 40%, 4h avant l’orage, pour une efficacité de 50% (enfin c’est ce qui est vendu, une chance sur 2, c’est facile comme chiffre).

Intéressons nous à ce produit que l’ANELFA (Association Nationale d’Etude et de Lutte contre les Fléaux Atmosphériques) juge inoffensif.

Les générateurs de vortex se composent d’une bouteille d’air comprimé qui met sous pression une solution contenant de l’acétone et de l’iodure d’argent qui est ensuite vaporisée dans l’atmosphère via un bruleur.
La flamme permet alors au mélange gazeux contenant des particules d’iodures d’argent de s’élever rapidement dans les airs. Une quantité massive de particules (2 x 1011 chaque seconde) peut être délivrée (8.8 g chaque heure par appareil).

La fiche toxicologique montre qu’il n’y a pas beaucoup d’étude sur le sujet, mais l’iodure d’argent s’accumule dans le foie facilement, s’inhale facilement (puis migre facilement dans le corps), et est toxique pour la vie aquatique. Je cite : « La pulvérisation d’aérosols d’Iodure d’argent peut entraîner une contamination des sols et des milieux aquatiques, dont on ignore actuellement l’impact sûr l’environnement. »

Les nanoparticules aéroportées poserait donc un problème de santé du fait de leur capacité à pénétrer profondément dans les voies respiratoires, puis à migrer dans l’organisme, (Université Virgina Tech, États-Unis, 2012 dans le Journal of the Air and Waste Management Association).

Certaines plantes, comme les mousses et lichens peuvent les stocker. Interrogez vous quel animal de plein mange du lichen, et que vous manger ensuite pour voir comment cela peut s’accumuler dans votre organisme.

A l’heure ou il est prévu de supprimer les nanoparticules de dioxyde de titane de nos assiettes (agent blanchissant), voire des cosmétiques etc… on peut vraiment s’interroger sur l’utilité de nous rajouter une pollution probable et très volatile tous les 10 km dans le secteur. D’autant que le vignoble s’en est bien sorti jusque la.

Encore une fois, le principe de précaution devrait primer.

Damien